Pages Navigation Menu
Categories Navigation Menu

Palais de Naples

Les palais de Naples ne sont pas réputés. On associe rarement Naples et Palais. Et pourtant. De nombreux palais ont été édifiés à Naples, notamment dans son centre historique.

Mais avant de découvrir des palais insuffisamment connus, n’oubliez pas les plus importants. De plus, ils sont les plus faciles à visiter.
Ainsi le Palais royal
puis la Reggia di Capodimonte, siège du musée du même nom
et enfin, le palais degli studi, devenu musée archéologique
Alors maintenant, sur naples-campanie.com , je vous invite à pousser la porte de quelques autres palais typiques napolitains.

CarafaDonn’AnnaMannajuoloSanfelice
SpagnoloSpinelliVeneziaZevallosAutres palais

Palais de Naples : Le palais Donn’Anna

Palais de Naples : Palais Donn'AnnaLe palais Donn’Anna est celui d’Anna Carafa, princesse de Stigliano, épouse du vice-roi de Naples Ramiro Núñez de Guzmán, duc de Medina de las Torres. Il est situé face au golfe de Naples, au pied de la colline de Posillipo.
Ce palais est resté inachevé. En effet, c’est le grand architecte Cosimo Fanzago qui en mena la construction (1642), mais la mort d’Anna Carafa stoppa les travaux.
Pourtant, il reste imposant et possède un très beau théâtre à ciel ouvert, face à la mer, avec Naples en toile de fond.

Les légendes du palais Donn’Anna

Ce palais est effectivement associé à des légendes.
Ainsi, on raconte que Donn’Anna recevait des amants dans son palais, servants, hommes de cour, pêcheurs, autant d’amants avec lesquels elle passait la nuit.
Cependant, sachez qu’au matin, elle les faisait jeter par les fenêtres. Aussi, certains passants entendaient-ils des plaintes atroces, celle des victimes dont les âmes erraient, désespérées, dans la maison.

En outre, on raconte aussi que Donn’Anna organisa un soir une réception dans laquelle figurait une scène de théâtre, jouée par sa nièce, Mercedes de las Torres et par un certain Gaetano di Casapesenna.
Or, la fin de la pièce comportait un échange de baiser entre les deux acteurs. Ils jouèrent avec tant de talents, tant de vérité diront certains, que le public fut conquis. Pourtant, ce ne fut pas le cas de Donn’Anna dont Gaetano di Casapesenna fut l’amant.
Et curieusement, à la suite de cette soirée, Mercedes disparut. Alors Donn’Anna expliqua que Mercédès, prise d’une vocation soudaine, était entrée dans les ordres. Ainsi donc, elle ne paraîtrait plus.
Alors la rumeur prétend que d’autres fantômes semblent avoir hanté les salles du palais. En effet, ce sont ceux de Donn’Anna, Mercedes et Gaetano.

Adresse
Largo Donn’Anna

   haut de page

 

Palais de Naples : Le palais Carafa

Il existe plusieurs palais Carafa à Naples. Donc, attention, nous parlons ici du palais Diomede Carafa. Il fut bâti au XVIe siècle avec une façade bicolore, de pierres blanches et noires, et un portail d’entrée digne d’intérêt. En effet, il est surmonté des bustes des empereurs romains Claude et Vespasien, ainsi que d’une statue d’Hercule.

La tête de cheval du palais Carafa

De plus, à l’intérieur du palais, face à l’entrée au fond de la cour, se trouve une  monumentale tête de cheval, bien intrigante. En effet, elle aurait été donnée à Diomede Carafa (1471), par Laurent de Médicis lui-même, le Grand Duc de Toscane. Les deux hommes, intellectuels humanistes, étaient effectivement liés.

Plusieurs légendes se rattachent à ce cheval.

Ainsi, à l’origine, se trouvait peut-être là une statue entière de cheval, toute en bronze, datant de l’antiquité. Cet animal portait bonheur puisqu’il guérissait les animaux malades et préservait ceux en bonne santé. Néanmoins, la rigueur chrétienne ne put accepter une telle superstition. En conséquence, le corps du cheval fut fondu pour créer les cloches du duomo. Et effectivement, seule la tête fut préservée.

Par contre, une autre explication serait que la tête de cheval fut l’oeuvre de Donatello et qu’elle devait orner la niche de la façade du Castel Nuovo, toujours vide de nos jours. Mais Alphonse V d’Aragon, le commanditaire de l’oeuvre, comme Donatello, l’artiste réalisateur, moururent tous les deux au milieu du XVe siècle. Et l’oeuvre inachevée fut finalement donnée à Diomede Carafa.

La tête de cheval en bronze, due à Donatello, demeure désormais au musée archéologique de Naples.

Ainsi, dans le palais Diomede Carafa ne se trouve plus de nos jours qu’une réplique en terre cuite. Mais une telle réplique vaut une oeuvre d’art. Elle est devenue le symbole de ce palais et on le comprend.

Adresse
via san biagio dei librai 121

Palais de Naples : Le palais Spinelli

Ce palais Spinelli est unique en son genre. En effet, il possède un cour elliptique, alors que généralement les cours à Naples étaient carrées ou rectangulaires. Cette cour a été modelée lors d’une restauration de l’édifice, par le grand architecte napolitain Ferdinando Sanfelice (1675 – 1748).
C’est l’une des plus belles demeures de la Renaissance napolitaine.

En effet, autour de la cour, des médaillons illustrent des scènes mythologiques surmontées de statues allégoriques. De plus, dans l’escalier, situé au fond de la cour sur la gauche, se trouve sculpter un oiseau avec l’emblème de la grande famille Spinelli.

Par contre, au premier étage se trouve une statue de femme. Il s’agit de la statue représentant Lorenza, épouse de Troiano Spinelli. Et cette Lorenza fut  l’objet d’étranges rumeurs.

En effet, Lorenza avait une dame de compagnie, une certaine Bianca. Mais l’épouse la soupçonnait d’être la maîtresse de son mari. Aussi, Lorenza Spinelli, profitant du départ de son époux pour la guerre, la fit emmurer vivante.

Depuis, les siècles ont passé et on en oublierait cette sombre affaire dans cet environnement devenu paisible. Pourtant, on dit que le fantôme de Bianca rôde toujours dans le palais, et notamment pour annoncer l’imminence d’événements importants, heureux ou malheureux.

Adresse
via dei tribunali 362

Palais de Naples : Le palais Zevallos

Ce palais Zevallos a été édifié (1637-1639) sur la Via Toledo pour Giovanni Zevallos, duc d’Ostuni, par l’architecte Cosimo Fanzago.
A l’intérieur, des fresques de Luca Giordano décoraient les murs.
Puis, il passa à la famille Colonna di Stigliano (1688) jusqu’au XIXe siècle, période durant laquelle il fut morcelé en plusieurs parties, chacune appartenant à un membre Colonna différent.
Enfin, c’est à la fin du XIXe siècle, que la BCI, la Banca Commerciale Italiana, racheta une partie de ce palais. C’est donc cette partie de palais qui est devenue une galerie d’art, la Galerie Zevallos Stigliano, aujourd’hui ouverte au public pour des expositions, des conférences ou des concerts.
On y admire effectivement les stucs et les fresques (ceux de la salle des oiseaux, par exemple) et en outre des oeuvres d’art de premier plan. Citons entre autres :

  • le Rapt d’Hélène par Luca Giordano,
  • un Agar et Ismael dans le désert par Francesco Solimena,
  • un Samson et Dalila par Artesmisia Gentileschi
  • ou encore, le martyre de sainte Ursule par Caravage.

Adresse
Via Toledo 185

Palais de Naples : Le palais Venezia

Le palais Venezia à Naples fut l’ambassade de Venise auprès du royaume de Naples.

Il possède deux particularités :

  • D’abord, c’est que dés l’entrée dans la cour, sur la gauche, se dresse le monumental escalier de style napolitain (XVIIIe siècle)
  • Ensuite, c’est qu’au fond de la cour, a été créé un jardin suspendu (XIXe siècle)

En fait, ce palais fut donné à la République de Venise en 1412. Au cours des siècles qui suivirent, il fut restauré plusieurs fois (1610, 1646, 1688, etc). Et c’est au XIXe siècle que fut ajoutée une petite construction au fond de la cour, la casina pompeiana, surmontée d’un jardin suspendu.

De nos jours, il accueille des expositions et est donc ouvert au public.

Adresse
via Benedetto Croce 19

Palais de Naples : Le palais Mannajuolo

Ce palais est quasi inconnu des touristes… et de pas mal de napolitains. En effet, naples-campanie.com vous livre là un secret.

Il fut construit au bout de la via dei Mille, entre 1901 et 1911 par l’architecte Giulio Ulisse Arata et l’ingénieur Mannajuolo, le propriétaire lui-même.
Cet édifice est admirable, d’un style qui ne dépareille pas les environs, entre style baroque et Liberty. Nul doute que, nombreux sont les passants ignorant totalement l’époque de construction, tant il semble de nos jours en harmonie avec les autres édifices.

Il ne se visite pas. Pourtant, vous pouvez entrer et demander l’autorisation au gardien d’admirer les escaliers. Vous pourrez obtenir une réponse favorable, sous réserve de bien respecter ses consignes : Ne pas monter les escaliers ! On reste en bas.

Les escaliers du palais Mannajuolo

Les escaliers sont construits en béton et sont magnifiques. En effet, ils forment une très belle ellipse qui, d’en bas, déploie une belle harmonie de courbes et de profondeurs.

De plus, ils sont d’un seul tenant. Enfin, sachez que la lumière à l’intérieur de l’ellipse est dû à la coupole de verre qui les surplombe.
Ainsi donc, c’est une merveille d’architecture, qui peut faire penser aux escaliers des musées du Vatican, créés, eux, en 1932. Pourtant, si les escaliers du Vatican sont plus célèbres, c’est bien ceux du palais Mannajuolo de Naples qui les ont précédés. Et de plus de 20 ans.

De quoi réconcilier architecture et béton armé.

Adresse
Via Filangieri 36 / Ferme la via dei Mille

 

Palais de Naples : Le palais Sanfelice

Sanfelice, c’est le nom d’un célèbre architecte napolitain. Et c’est aussi le nom du palais qu’il se fit construire. En effet, il fit bâtir son palais entre 1724 et 1726, mais en dehors des murailles de la ville, pour échapper à l’agitation du centre.

Palais de Naples palais SanfeliceLe palais était immense. Effectivement, il comportait plusieurs cours et des escaliers monumentaux. De plus, la façade a été surmontée de deux sirènes portant une inscription concernant la construction de l’édifice.

Enfin, à l’intérieur, les murs furent décorés de stucs et de fresques au XVIIIe siècle, notamment par Francesco Solimena. C’est devenu un palais typique napolitain qui servit de cadre à plusieurs films. En effet, avec son escalier typique très cinématographiques, on le retrouve entre autres dans le film Ces fantômes ! par Eduardo De Filippo, .

Adresse
Quartier de la Sanità
via Arena alla Sanità 2-6

Palais de Naples : Le palais  dello Spagnolo

Naples-Palazzo-Spagnolo-42Le palais dello spagnolo (ou parfois écrit spagnuolo), c’est, vous l’aviez deviné, le palais de l’espagnol. Le marquis Nicola Moscati hérita de deux palais voisins et les fit réunir en une seule demeure (1738), par le célèbre architecte napolitain, Ferdinando Sanfelice.

Celui-ci réunit effectivement les deux palais par un monumental escalier, « en aile de faucon ». L’effet fut si impressionnant qu’il devint le modèle de nombreux autres escaliers napolitains. Car en effet, nombreux furent les architectes qui reprirent, plus ou moins, l’inspiration de cet escalier. Ainsi, on trouve dans d’autres palais napolitains cette large construction ouverte,  composée de deux volées de marches, de chaque côté d’un palier central.

En outre, l’intérieur du palais était décoré de fresques et de stucs, comme par exemple, les médaillons qui surmontent les portes palières. Enfin, sachez qu’au XIXe siècle, le palais fut vendu à Tommazo Atienza. C’est lui qu’on surnommait lo Spagnolo, l’espagnol, d’où le nom actuel du palais.

Ce palais dello spagnolo est privé et ne se visite que de l’extérieur. Par contre, il est envisagé d’y ouvrir un musée dédié à l’acteur comique napolitain, Toto.

Adresse
Quartier de la Sanità
via dei Vergini 19
Accès : métro ligne 2, arrêt Cavour

Autres palais de Naples

Je suis loin d’avoir fini un tour d’horizon des palais napolitains. En effet, vous en découvrirez vous-mêmes dans vos pérégrinations. Et je vous propose maintenant quelques photos de palais, juste pour le plaisir.

Share



LAISSEZ VOTRE AVIS ↓ mais vos QUESTIONS SUR LE FORUM ITALIE svp

Votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.