Pages Navigation Menu
Categories Navigation Menu

San Gregorio Armeno

San Gregorio Armeno, à Naples, tout le monde connaît la rue, l’église et le couvent, à juste raison. Aussi, je vous invite à y faire un tour, prenez votre temps car ici effectivement, tout est à voir.
Je commence par le couvent. L’église et la rue sont détaillées en rubrique En savoir + sur le sujet, ci-contre.

Le couvent San Gregorio Armeno à Naples a été fondé au VIIIe siècle. C’est un imposant complexe dont on peut visiter le cloître, un cloître absolument étonnant de beauté et de quiétude, pourtant si proche du tumulte des environs.

Le cloître de San Gregorio Armeno

San Gregorio Armneo à NaplesLe cloître de San Gregorio Armeno est merveilleusement planté d’un petit verger d’agrumes.
La magnifique fontaine est l’oeuvre de Matteo Bottiglieri, mettant en scène le Christ et la samaritaine, c’est-à-dire une oeuvre tirée de l’épisode biblique où Jésus demande à boire à la samaritaine au bord du puits. Ce n’est pas seulement charmant, c’est effectivement idyllique, comme en témoigne en photo ©  une religieuse surprise en méditation. En effet, l’environnement et le calme inspirent.

naples-san-gregorio-armeno-fourPar ailleurs, un vieux four est devenu une petite vitrine des anciens ustensiles culinaires des soeurs.

En effet, les nonnes confectionnaient de savoureux Sfogliatelle, c’est-à-dire des pâtisseries, sorte de chaussons, fourrés à la ricotta.

Une file d’attente à San Gregorio Armeno ?

Non, il n’y a pas de file d’attente au couvent de San Gregorio Armeno. Par contre, les personnes qui peuvent parfois se regrouper devant l’entrée du couvent patientent pour recevoir un peu de nourriture. En effet, le couvent de San Gregorio Armeno aide toujours les nécessiteux. Mais pour vous, aucun problème, vous pouvez les dépasser.

Cependant, il ne faudrait pas que ces personnes vous cachent bien involontairement les tours ou les roues d’abandon.

Voir aussi les tours d’abandon

En effet, sachez qu’autrefois les parents pauvres ne pouvaient pas systématiquement élevés tous leurs enfants. C’est ainsi qu’ils les abandonnaient parfois dans la rue, aux portes des couvents, plus rarement aux portes des palais.
Mais heureusement, pour éviter que les malheureux ne restent ainsi dehors à la merci des tous les dangers, le couvent de San Gregorio Armeno avait aménagé deux tours d’abandon ou roues d’abandon, sous le porche d’entrée du couvent. Un parent pouvait donc déposer son enfant dans la roue, puis la faisait tourner d’un demi-tour, de sorte que le bébé se retrouve à l’intérieur du couvent, mieux protégé.


Couvent de San Gregorio Armeno
Voir aussi l’église
Voir aussi la rue et ses crèches

Share


Merci de ne pas poser de questions ici mais sur le FORUM ITALIE svp

Pas de questions ici mais sur le forum ↑                 Laissez un commentaire ↓

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.